Je me disais : il y a cinquante mauvaises années à passer. En effet, après ça s'arrange, la vie est plus agréable à 50 qu'à 20 ans. Le drame, c'est qu'il ne faut pas trop s'attacher à elle au moment où on va la quitter.

J'ai admiré Raymond Aron, c'est quasiment le seul intellectuel français à avoir refusé en même temps Hitler et Staline.

(Aron aurait dit oui à l'Académie française, mais les visites le barbaient.)

Dans les années 70, j'ai exploré et je suis revenu vers lui : "Vous ne pouvez pas pous présenter pour cinq raisons. Vous avez contre vous les antisémites (il y en avait encore un peu sous la Coupole à l'époque), les juifs, les anti-gaullistes, les gaullistes, mais surtout, tous ceux à qui vous avez fait comprendre à un moment ou un autre que vous étiez plus intelligent qu'eux. Ca, ils ne vous le pardonneront pas." Ca l'a beaucoup fait rire.

Jean d'Ormesson, le Figaro Magazine, 14 octobre 2006