En fait, c'est le dernier roman noir d'ADG, ou plutôt un roman posthume, J'ai déjà donné. Lire les écrivains morts que l'on a aimés, c'est tout de même ce qui ressemble le plus à une prière. J'ai déjà donné est en provenance directe du paradis des anars de droite, un testament élégant et drôle où est rassemblée toute la comédie humaine d'ADG, ses personnages inoubliables, y compris les personnages secondaires, ce qui est la marque des grands écrivains : une doctoresse blonde comme un matin français, un comptable myope qui aime Tristan Derème et Raoul Ponchon, un flic janséniste et buster keatonien à la fois.

Jérôme Leroy, à propos de J'ai déjà donné d'ADG, Le Figaro, 10 mai 2007.