23 septembre 2010

Années 70

Une décennie peut-elle avoir une âme ? Posséder un esprit ? Exprimer une essence ? Peut-elle nous «parler» ? Nous hanter ? Les années 70 sont un mystère politique, sociologique, esthétique. Rarement période historique aura été l’objet de tant de mépris. Dès 1979, Jean-François Bizot, fondateur du magazine Actuel, leur réglait leur compte : finies, proclamait-il, «la tristesse des années 70», «les interrogations sans fin», «la morosité angoissée». Militants mal fringués, intellos frustrés, musiciens drogués, babas cool au... [Lire la suite]
Posté par desavy à 11:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 septembre 2010

Un témoin à l’œil aiguisé

Et Michel Houellebecq, ethnologue percutant de notre modernité depuis Extension du domaine de la lutte et Les Particules élémentaires jusqu’à son nouveau roman La carte et le territoire, remplit exactement la fonction assignée par Philippe Muray au romancier de notre temps. Dans La carte et le territoire, il utilise tous les supports (les cartes Michelin, la notice d’un appareil photo, le menu d’un restaurant chic, le contenu d’un guide touristique, l’architecture d’un aéroport irlandais, la peinture, la photographie…) pour décrypter... [Lire la suite]
Posté par desavy à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 septembre 2010

Définitivement grinçant

Muray, c'est Luchini qui en parle le mieux. Le comédien, qui triomphe actuellement au Théâtre de l'Atelier à Paris avec son spectacle tiré de ses textes, a réussi l'impensable: propulser l'auteur insoumis en pleine lumière cathodique. À la fin du mois d'août, Marie Drucker a ainsi consacré sept minutes de son journal à évoquer avec Luchini l'écrivain disparu. Celui qui écrivait ironiquement en 1993 dans les colonnes de L'Idiot international: «J'ai confiance en la télé de mon pays» ne croyait pas si bien dire. Il ... [Lire la suite]
Posté par desavy à 14:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
14 septembre 2010

Un roman au vitriol

L'idée géniale de Houellebecq est de transformer en roman au vitriol ce qui relève habituellement de l'analyse critique ou de l'essai. Les arcanes du marché de l'art, à l'instar de Wall Street, sont par définition les coulisses de théâtres fermées aux intrus. Comme Candide confronté aux vicissitudes de la guerre, Jed l'anti-héros découvre par son ingénuité aux lecteurs comment opère le succès d'un artiste mathématiquement orchestré. Du premier marché qui découvre au foires internationales qui confirment. Du... [Lire la suite]
Posté par desavy à 13:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
11 septembre 2010

Autoportrait

Par ailleurs, dissociant de lui-même un Clay devenu scénariste faute de talent littéraire, Ellis s'offre, sous la plume de son narrateur, le luxe d'un autoportrait impeccable de lucidité : "C'était simplement quelqu'un qui flottait au milieu de nos vies et n'avait pas l'air gêné par sa perception stéréotypée de chacun de nous ou par le fait qu'il dévoilait nos échecs les plus secrets au monde entier, préférant glorifier l'indifférence juvénile, le nihilisme rutilant, donner l'éclat du glamour à toute l'horreur du... [Lire la suite]
Posté par desavy à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2010

La technique est une poïétique

On connaissait jusqu'à présent  un Houellebecq schopenhauerien (le monde comme volonté et comme représentation,  titre assez bien condensé au demeurant dans « La Carte et le territoire ») ;  on le découvre ici aussi, et c'est nouveau, heideggerien, au sens où, tout au long du roman, la technique, qu'elle concerne un chauffe-eau, un appareil photo  ou un modèle automobile, est absolument aussi une poïétique. C'est dans ce sens  que les jugements sur les Mercedes et les Audi, qui ont tant énervé... [Lire la suite]
Posté par desavy à 06:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 septembre 2010

Goncourt : première sélection

L'Académie Goncourt a publié ce lundi sa première sélection pour son prix 2010, qui doit être attribué le 8 novembre et qui comprend des poids lourds de la rentrée littéraire comme Michel Houellebecq, Virginie Despentes ou Amélie Nothomb. Voici cette sélection par ordre alphabétique: - Olivier Adam pour Le coeur régulier (L'Olivier) - Vassilis Alexakis pour Le premier mot (Stock) - Thierry Beinstingel pour Retour aux mots sauvages (Fayard) - Vincent Borel pour Antoine et Isabelle (S. Wespieser) - Virginie Despentes pour... [Lire la suite]
Posté par desavy à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 septembre 2010

La réponse de Michel Houellebecq face aux accusations de plagiat

«C'est peut-être juste la technique de l'insulte, estime de son côté Michel Houellebecq. Dire un très gros mot comme "plagiat", même si c'est ridicule comme accusation, il en restera toujours quelque chose. Cela pourra toujours lui nuire... C'est comme racisme», relève l'écrivain dans cette vidéo où il répond à l'article de Slate. «Et si les gens le pensent vraiment (...), (c'est qu'ils n'ont pas la première notion de ce qu'est la littérature. Ca fait partie de ma méthode. La notice encyclopédique n'est pas la plus... [Lire la suite]
Posté par desavy à 12:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 septembre 2010

Les WC de Salinger en vente pour un million de dollars

C'est une cuvette en émail blanc, surmontée d'une chasse d'eau. Elle est en vente sur eBay. Combien en donneriez-vous sachant que le vendeur précise que l'objet a déjà servi ? 50, 100, 150 euros. Asseyez-vous : le site en demande 1 million de dollars. Le dernier sanitaire à valoir pareille somme devait être l'urinoir de Duchamp. Cette fois, le prix de cette faïence est moins justifié par la renommée de son créateur que par celle de son utilisateur : à en croire le vendeur, l'auguste postérieur qui longtemps se posa sur... [Lire la suite]
Posté par desavy à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 septembre 2010

Houellebecq pointe les dérives et les monstruosités de la modernité

Et voilà pourtant l'écrivain qui attire, sur sa personne comme sur ses textes, la plus violente explosion de critique et de haine dont la vie littéraire française soit capable. L'homme aux procès retentissants, celui que les jurés Goncourt n'ont touché que du bout des doigts, de peur de se salir les mains. Celui dont les changements d'éditeur font parler presque autant que ceux d'un joueur du Real Madrid, dont chaque livre est guetté comme l'arrivée d'un cyclone et dont les rares apparitions sont passées aux rayons X, en... [Lire la suite]
Posté par desavy à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :