21 juin 2007

Parce qu'il frappe juste

Repris en poche, Après l'histoire s'impose aujourd'hui comme un des maîtres livres de langue française parus dans les dernières années du XX è siècle. Comment ce discours critique, résolument marginal à ses débuts, a-t-il réussi à s'ouvrir une route, loin des plateaux de télévision, du consentement des flics payés à la ligne et de la servitude généralisée ? Grâce à une fureur de grand style. Devenu l'accusateur d'un monde où partout le centre part à l'assaut de la périphérie, les élites se révoltent contre le peuple et la... [Lire la suite]
Posté par desavy à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2007

Un mixte de Voltaire et d’Emmanuel Berl

C’est que Jean d’O, désormais, n’est plus un écrivain : c’est une icône, une marque « vintage », synonyme de cravate en maille sur une chemise pervenche et d’esprit français comme on n’en fera plus. Rien de truqué là-dessous : anachronique de naissance, il n’a eu qu’à laisser le temps le ringardiser un peu plus, jusqu’à en devenir « culte ». Au siècle d’Internet, cet aristo agrégé vit toujours comme en 1975 : il écrit ses livres au crayon, habite un hôtel particulier néo-Louis XVI dans une voie privée de Neuilly, et se fait servir à... [Lire la suite]
Posté par desavy à 22:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2007

Optimisme

Douglas Kennedy a construit sa réussite, livre après livre, depuis 1998. Les Charmes discrets de la vie conjugale avait déjà été un beau succès en 2005. Mais, c'est la première fois qu'il suscite un tel engouement en si peu de temps, si bien que Belfond a imprimé 235 000 exemplaires en deux semaines. Pour Françoise Triffaux, la directrice éditoriale de Belfond en charge du département de littérature étrangère, l'auteur excelle à la fois dans « le pur divertissement avec une his­toire bien construite et dans le fait que le récit... [Lire la suite]
Posté par desavy à 13:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
16 mai 2007

Un testament élégant et drôle

En fait, c'est le dernier roman noir d'ADG, ou plutôt un roman posthume, J'ai déjà donné. Lire les écrivains morts que l'on a aimés, c'est tout de même ce qui ressemble le plus à une prière. J'ai déjà donné est en provenance directe du paradis des anars de droite, un testament élégant et drôle où est rassemblée toute la comédie humaine d'ADG, ses personnages inoubliables, y compris les personnages secondaires, ce qui est la marque des grands écrivains : une doctoresse blonde comme un matin français, un comptable myope qui aime Tristan... [Lire la suite]
Posté par desavy à 16:41 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
13 mai 2007

On en sort un peu exténué

La prose de Zizek est à l'image de sa conversation : exubérante, profuse, et parfois même confuse. L'évocation du "Réel monstrueux" lacanien lui fait penser à un tableau de Bosch, puis à Eraserhead de David Lynch, qui lui fait penser à son tour à Invasion Los Angeles de John Carpenter, qui lui fait penser à l'amour naissant de Bertrand Russel pour Lady Ottoline Morrell ; c'est maintenant Platon, qui entre en scène et tel passage du Timée, qui le conduit à kant, puis Schelling, pour revenir à Hegel, dont il était parti :... [Lire la suite]
Posté par desavy à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mai 2007

Un peu intello et distant

L'image d'un chanteur est véhiculée par les gens qui ne vont pas voir ses concerts. Pour ceux-là, je suis un peu intello et distant, alors que l'ambiance de mes concerts est chaleureuse et simple. Cette différence de perception est idéale car, ainsi, je reste tranquille dans la vie. Vicent Delerm, le Figaro Magazine, 12 mai 2007.
Posté par desavy à 16:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2007

Cela dérange plus mes filles que ma femme

Et comment réagit votre femme quand vous écrivez au sujet des clubs de strip-tease, de votre passion pour les jeunes et jolies filles ? Ca lui est égal, elle est sophistiquée : ce n'est pas une petite bourgeoise ! Ce qui est étrange, c'est que cela dérange plus mes filles que ma femme. Mais Linda a vécu dans les années soixante, à une époque où les gens ne se comportaient pas comme de gros bébés ! Imaginer qu'un homme ne lorgnera jamais le derrière d'une autre femme, c'est complètement absurde. Jim Harrisson, Tansfuge,... [Lire la suite]
Posté par desavy à 12:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mai 2007

La situation n'était pas joyeuse joyeuse

On aurait pu craindre le pire, comme chaque fois qu'un écrivain annonce un texte sur sa maladie, son cancer, son infarctus et, plus généralement, sa découverte de la métaphysique à l'occasion d'ennuis de santé. Au contraire, le nouveau Ravalec se place dans l'excellente lignée de Copi - bel esprit argentin de Paris qui osa nous faire rire avec son sida. Le narrateur ahuri commence par découvrir le détail des souffrances qui lui sont promises, son agonie prochaine et les effets secondaires du traitement - le tout gonflé par la masse... [Lire la suite]
Posté par desavy à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mai 2007

Le bureau de la diligence

30 août 1843 mercredi Départ pour Luz. La diligence est en retard. J'attends dans le bureau de la diligence à peu près une demi-heure. Le mobilier du bureau de la diligence se compose de deux lits qui ne sont pas faits, de cinq ou six savates dépareillées qui moisissent autour d'une bouteille d'eau contre les vers, qui se vend à Barèges, d'une carafe bouchée avec une brosse à peigne, de deux femmes qui font du linge neuf sale et orné de toutes les variétés d'ordures. Du reste, pas de bureau ni de buraliste, si ce n'est un fragment... [Lire la suite]
Posté par desavy à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 avril 2007

Journal intime (2)

La lecture de ce journal, poursuivie parallèlement à nos amours, c'est une démarche romanesque ; oui, cela prend les allures d'un roman policier, cela n'excite beaucoup. Si du jour au lendemain Hélène cessait de laisser traîner son carnet, l'enfermait avec soin, bref si je n'avais pas accès à ces notes intimes, je serais très vite malheureux, torturé par la jalousie, par une galopante imagination. La lecture du journal de ma jeune maîtresse est en train de devenir une drogue. Oui, il a là le thème d'un roman. Gabriel Matzneff, Les... [Lire la suite]
Posté par desavy à 17:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,