06 février 2010

Les Derniers jours de Stephan Zweig

Le 27 août 1941, lorsque le paquebot Uruguay en provenance de New York fait son entrée dans la baie de Guanabara, c'est la troisième fois que Stefan Zweig goûte la douceur merveilleuse de Rio. Il est venu une première fois en 1936. Reçu en triomphe, logé dans une suite au Copacabana Palace, l'écrivain a été invité à prononcer un discours à l'Académie brésilienne des lettres où il a laissé éclater son émotion : «Quelle vitalité, quel dynamisme dans votre histoire, et que votre nature est belle, extraordinairement belle dans sa... [Lire la suite]
Posté par desavy à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 septembre 2009

Sébastien Lapaque par Patrick Grainville

On ne connaîtra jamais le nom du personnage central. Sa vie est racontée, commentée par un narrateur qui le tutoie et dont on devine peu à peu l'identité. D'entrée de jeu, notre héros ordinaire, très contemporain, est condamné à mort ! «Il est trop tard, la pièce est jouée, tu es mort.» Mais qui sont les deux jeunes gens lancés dans le projet de cet assassinat ? Un frère et une sœur, nouveaux Oreste et Electre. Une histoire d'héritage, de vengeance, de spoliation, la faute d'une Clytemnestre au cœur du drame. Le roman de... [Lire la suite]
Posté par desavy à 13:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 décembre 2007

Julien Gracq est mort

Depuis quelques années, l'auteur des Carnets du grand chemin ne quittait guère sa maison natale du quartier de la Gabelle à Saint-Florent-le-Vieil, où il recevait des visiteurs auxquels il parlait volontiers de football ou d'échecs, mais plus rarement de littérature, conseillant à ses hôtes de se reporter à ses livres. Dernier classique vivant, honoré de deux volumes dans «La Bibliothèque de la Pléiade», Julien Gracq avait donné le mot de la fin à nos confrères du Monde dans le courant de l'année 2000. «En littérature, je n'ai... [Lire la suite]
Posté par desavy à 14:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
21 juin 2007

Parce qu'il frappe juste

Repris en poche, Après l'histoire s'impose aujourd'hui comme un des maîtres livres de langue française parus dans les dernières années du XX è siècle. Comment ce discours critique, résolument marginal à ses débuts, a-t-il réussi à s'ouvrir une route, loin des plateaux de télévision, du consentement des flics payés à la ligne et de la servitude généralisée ? Grâce à une fureur de grand style. Devenu l'accusateur d'un monde où partout le centre part à l'assaut de la périphérie, les élites se révoltent contre le peuple et la... [Lire la suite]
Posté par desavy à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 décembre 2004

Stalag

Stalagde Jean Védrines Par Sébastien LAPAQUE [02 décembre 2004] Stalag, de Jean Védrines, La Table Ronde, 220 p., 17,50 €.  Le Figaro littéraire C'est l'histoire de Brunet et Berthol, deux garçons impatients de revoir leur père au lendemain de l'enfoncement du front oriental par l'armée soviétique et de la débâcle allemande de 1944. Dans un hameau des Alpes, les enfants veillent jalousement la maison du père absent depuis un autre effondrement, une autre débâcle, celle des armées françaises au printemps 1940.... [Lire la suite]
Posté par desavy à 10:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
01 novembre 2004

C'était nous

L'un a aimé, l'autre non. Ils ont lu le même livre. C'était nousde Laurent Joffrin Par Sébastien LAPAQUE [28 octobre 2004] (Le Figaro Littéraire) Par quoi commencer ? Par l'indigence du fond, ou par celle de la forme ? Les dialogues, cousus de «putain», «connerie» et «salaud» sont accablants de niaiserie. Les réflexions mises dans la bouche des personnages, invraisemblables. «Ils sont un peu extrémistes, tout de même», se désole un personnage, à la sortie d'une assemblée générale maoïste en avril 1968.... [Lire la suite]
Posté par desavy à 20:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 septembre 2004

Benoît Duteurtre par Sébastien Lapaque

Benoît Duteurtre, c'est un peu notre Molière. Même ironie, même capacité à épingler le grotesque de son époque, même capacité à irriter la vanité des cagots. Du siècle de Louis le Grand à nos jours, la matière ne manque pas. Tartufe, aujourd'hui, promène son teint frais et sa bouche vermeille sur les plateaux de télévision, les bourgeois gentilshommes vont acheter leur baguette au coin de la rue en 4 X 4, et les précieuses ridicules publient des romans truffés de jargon psychanalytique. Pour avoir outragé ces farfelus en mettant... [Lire la suite]
Posté par desavy à 21:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,