17 juin 2008

Je ne "joue" pas Sagan

Comment vous y êtes-vous prise ? J'ai fait comme les gamins qui apprennent l'anglais. Ils « mimétisent ». Diane a acheté des documents à l'INA que j'ai regardés sur l'ordinateur. J'ai écouté en boucle Avec mon meilleur souvenir, lu par Sagan. Je prenais des petits bouts d'elle, à 20 ans, à 30 ans, et je bougeais comme elle. Je ne faisais que ça, imiter, ses moues, ses chantonnements. Je sentais que ça venait. Je suis allée voir un ami orthophoniste qui m'a confirmé que j'avais trouvé quelque chose. Et, un jour, j'ai pu dire... [Lire la suite]
Posté par desavy à 10:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janvier 2008

Sa cruauté était à l'image du reste

Sagan offrit beaucoup plus qu’un texte à Annick Geille, elle lui ouvrit ses bras avec des yeux de soie. Et son lit défait. Peu de temps après, la jeune adoubée eut sa propre chambre rue d’Alésia, ainsi qu’une dépendance dans le manoir augeron de la romancière, à Equemauville. Annick répondit désormais au sobriquet de «Minou». Sous le regard jaloux et circonspect de Peggy, comparée ici à Néfertiti, la complicité se métamorphosa en relation brûlante. Françoise et Annick devinrent inséparables. Pour celle qu’elle appelle « la femme... [Lire la suite]
Posté par desavy à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 janvier 2008

Ce jeu dérisoire et gratuit

«Le recours à la fête né d'un besoin de nier l'angoisse et le sentiment quasi biologique de la solitude rejoignent celui préconisé par Simone de Beauvoir comme “une affirmation passionnée de l'existence” et la mise en œuvre d'une plus grande “densité d'être”. Alors, on peut se coucher sans reproche et se lever sans peur », écrivait Antoine Blondin dans l'article Aimer Sagan pour elle-même. Cette affirmation passionnée de l'existence, Sagan la pratiqua jusque dans les petits matins difficiles où la peur s'est effacée un temps entre... [Lire la suite]
Posté par desavy à 12:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 décembre 2007

Une Sagan paresseuse qui ne cesse de travailler

Le récit d’Annick Geille peint une Sagan qu’on aurait tous aimé connaître. Le 25 rue d’Alésia ressemble à un café aux banquettes confortables, aux tables ouvertes. Tiens, voilà Jacques Chazot, tiens voilà Bernard Frank qui rentre de Grimaud où il vient de terminer Solde, une sorte de chef-d’oeuvre dont il avait le secret. Annick Geille passera des bras de Sagan à ceux de Frank. On vivait comme ça, par-delà les règles bourgeoises de l’amour. Un côté liaisons dangereuses. Jouissif et toxique à la fois. Selon Annick Geille : «Le mot... [Lire la suite]
Posté par desavy à 08:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 avril 2007

Un souvenir paresseux et réussi

Le studio donnait sur une cour, style Utrillo, où un enfant et un chat se succédaient. Contrairement aux prédictions pessimistes de l'ingénieur du son, je me débrouillai fort bien, ne bégayai pas et inscrivis ma voix sur un disque, comme une professionnelle, pendant trois jours... C'était l'été, je crois, et j'ai gardé un souvenir paresseux et réussi de ces trois jours. Françoise Sagan, Derrière l'épaule, à propos de l'enregistrement d'Avec mon meilleur souvenir. Citation extraite de la pochette du CD, collection La Bibliothèque... [Lire la suite]
Posté par desavy à 17:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 novembre 2006

Une amitié littéraire

Françoise Sagan a été l'amie indissociable de l'écrivain disparu vendredi dernier. Aux yeux de Françoise Sagan, c'était l'écrivain par excellence. Son meilleur ami, avec des brouilles et des retrouvailles qui se fêtent. Bernard Frank était ancré dans le coeur de Sagan, devenue très tôt son port d'attache. ­Indissociables depuis la parution de Bonjour tristesse, en 1954, ils ont formé pendant des décennies une sorte de couple légendaire fait de tendresse et de fâcheries. Mais leur amour de la littéra­ture et une... [Lire la suite]
Posté par desavy à 22:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 novembre 2006

Bernard Frank par Eric Neuhoff

La vie, il l'observait avec malice et gourmandise. Pour lui, elle résidait surtout dans les livres. Ils furent son manteau, sa passion, sa maison. Il avait tout lu, possédait une mémoire d'éléphant. Il était né à Neuilly en 1929, avait grandi dans le XVIIe arrondissement, habité chez ses parents jusqu'à un âge avancé. Il mena ensuite une existence d'adolescent prolongé, logeant chez ses amis, le plus souvent chez Françoise Sagan avec laquelle il partageait le goût du jeu, de l'alcool et de l'insouciance. Avec lui, c'est une époque qui... [Lire la suite]
Posté par desavy à 15:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 septembre 2004

Françoise Sagan par Anthony Palou

La liberté du «charmant petit monstre» Anthony Palou [27 septembre 2004] (Le Figaro) En ce mois de juin 1953, à quelques jours du baccalauréat, sur les bancs du lycée, la jeune Françoise Quoirez, tout juste dix-huit ans, se confie à sa meilleure amie, Florence Malraux : «Cet été, j'écrirai un livre, il aura du succès, je gagnerai beaucoup d'argent et je m'achèterai une Jaguar !» Le genre de phrase qui fait sourire. À la fin de l'été, les éditions Plon et Julliard reçoivent un curieux manuscrit au titre pioché dans un... [Lire la suite]
Posté par desavy à 22:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
28 septembre 2004

Françoise Sagan par Renaud Matignon

Renaud Matignon [27 septembre 2004] (Le Figaro) [Notre ami tant regretté, disparu en 1998, aimait et faisait aimer la littérature. Et singulièrement quand il s'agissait des femmes. Dans son panthéon littéraire figuraient, tout près de Flaubert, Virginia Woolf ou Mme de La Fayette. Et, bien sûr, Françoise Sagan à qui il consacra l'article inédit que voici.] C'était une fin d'après-guerre, comme un ciel brouillé entre nuages et brumes d'éclaircie. Rien n'allait très bien, rien n'allait très mal, les ministres se succédaient,... [Lire la suite]
Posté par desavy à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 septembre 2004

Jeu de la vérité

Un instantané de ses états d'âme Jean-Claude Lamy [27 septembre 2004] Le Figaro C'est un petit jeu de la vérité qui peut en dire long sur la personnalité interrogée. A condition que celle-ci ne cherche pas la formule chic et choc. Le fameux questionnaire de Proust allait comme un gant à Françoise Sagan. Son intelligence crépitante correspondait parfaitement à cet exercice de l'immédiateté. Ce serait tricher avec soi-même que de réfléchir longuement. La romancière – son nom de plume est inspiré de «la Sangante», l'ancienne... [Lire la suite]
Posté par desavy à 22:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :