Propos insignifiants

16 avril 2014

La géopolitique dans la revue Conflits

Revue Conflits num 1 avril 2014002

 

 

Il ne faudrait pas que, en devenant populaire, la géopolitique se banalise, noyée dans l'océan inépuisable des bons sentiments et en même temps instrumentalisée par les intérêts. (Pascal Gauchon)

Votre définition de la géopolitique ?

L'analyse des rivalités de pouvoirs sur des territoires de grande et de petite tailles. (Yves Lacoste)

Conflits, avril 2014.

 

 

Posté par desavy à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 avril 2014

Une vie qui défile

20 ans avec Miossec les Echos 14 avril 2014

Les Echos, 14 avril 2014.

Posté par desavy à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mars 2014

Le disque le plus personnel de Jeanne Cherhal

Jeanne Cherhal Les Inrockuptibles 26 mars 2014

 

Avec le splendide Histoire de J., sous influence Véronique Sanson, Jeanne Cherhal dépasse l'exercice d'hommage à la chanson pop des seventies pour livrer son disque le plus personnel.

Les Inrockuptibles, 26 mars 2014.

Posté par desavy à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 février 2014

Faut-il tout publier ?

Chardonne Morand Le Monde 8 fév 2014

 

« D’une manière générale, je pense qu’il faut tout publier, en faisant des éditions critiques, en mettant en perspective, explique-t-il.
Mais je dois avouer qu’en ce début de XXIe siècle, où l’on a d’un côté des conformistes qui pensent qu’on publie pour pouvoir laisser
passer des propos antisémites, ce qui est stupide, et d’un autre, on l’a vu, des  militants violemment xénophobes et homophobes, je me suis longuement interrogé. Certains plaidaient pour la suppression de tel ou tel passage, d’autres pour une anthologie. Tout cela a
pris du temps. J’ai décidé de ne rien censurer, et, dans le premier volume, si l’on ne trouve que 800 des 1022 lettres de la période, ce n’est en rien une censure idéologique. » (Antoine Gallimard)

D’après Bertrand Lacarelle, qui assure désormais l’édition de la correspondance, « certaines lettres se répétaient, en raison de la lenteur d’acheminement du courrier. D’autres étaient vraiment techniques. Chardonne, éditeur chez Stock, donnait beaucoup de détails infimes sur des questions éditoriales». (...)

Olivier Bétourné, PDG du Seuil, apporte, lui, quelques bémols. «Oui, on peut tout publier pourvu que ce soit bien édité. On peut
publier la correspondance Morand-Chardonne, passionnant document d’histoire littéraire à en croire la critique, en prenant soin de rappeler que cet échange engage deux écrivains collaborationnistes, antisémites, etc. Mais faut-il le faire ? Moi, publier les pamphlets de Céline, MeinKampf ou Drumont, ce n’est vraiment pas mon mouvement spontané. Ce qui n’interdit pas à d’autres de le faire, dans les conditions que j’indique.»

Le Monde, 8 février 2014.

 

Posté par desavy à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 février 2014

Merci Fauve

Fauve Merci001

 

Vieux Frères Partie 1 (2014), le premier album de Fauve.

Posté par desavy à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



15 janvier 2014

La reine mère de la pop

Madonna Careffour Savoirs janvier 2014

 

Madonna, reine mère de la pop pour Carrefour savoirs (janvier 2014).

Posté par desavy à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 janvier 2014

Donna Tartt et Stephen King

Donna Tartt Carrefour Savoirs janvier 2014

 

Elle est cette romancière adulée par Stephen King, lequel confie parfois qu'il aimerait la secouer par les épaules en lui criant : "Tu te rends compte du peu de temps dont tu disposes pour construire ton oeuvre ?"

Alexis Brocas, Carrefour savoirs, janvier 2014.

Posté par desavy à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2014

La réponse de Jean-Claude Michéa au Point

Couverture Le Point néocons 28 nov 2013

 

Jean-Claude Michéa, particulièrement visé, n'est pas sur la couverture. On le retrouve ici :

 

Michéa dans dossier Le Point néo-cons 28 nov 2018

 

Sa réponse (extrait) :

N'exagérons rien ! Le magazine de François Pinault a d'ailleurs bien pris soin - sans doute pour brouiller un peu plus les pistes - d'inclure également, dans sa liste noire des «néoconservateurs à la française», des personnalités telles que Régis Debray, Arnaud Montebourg, Natacha Polony, Benoît Hamon ou Yves Cochet. Liste dont l'absurdité devrait sauter aux yeux puisque la nébuleuse «néoconservatrice», telle qu'elle a pris naissance aux Etats-Unis, est plutôt connue pour son soutien constant aux politiques de Reagan et de Bush père et fils - trois présidents qu'il est difficile de tenir pour de farouches contempteurs du capitalisme ! Naturellement, la pratique qui consiste à inverser délibérément le sens des mots afin de rendre plausibles les amalgames les plus fantaisistes n'a rien de nouveau.

http://www.marianne.net/Michea-face-a-la-strategie-Godwin_a234731.html

 

Posté par desavy à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 janvier 2014

Une fille, qui danse

Une fille qui danse Julian Barnes

 

 

 

L'Histoire, ce ne sont pas les mensonges des vainqueurs, comme je l'ai trop facilement affirmé au vieux Joe Hunt autrefois ; je le sais maintenant. Ce sont plutôt les souvenirs des survivants, dont la plupart ne sont ni victorieux, ni vaincus.

 

 

Il me semble que cela peut être une des différences entre la jeunesse et la vieillesse : quand on est jeune, on invente différents avenirs pour soi-même ; quand on est vieux, on invente différents passés pour les autres.

 

Julian Barnes, Une fille, qui danse.

 

 

 

Posté par desavy à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2014

L'étrangeté élevée au rang de principe philosophique

Auteur d'un essai sur Lovecraft (Le Rocher, 1991), Michel Houellebecq s'était fait remarquer il y a deux ans par un roman singulier et réussi, aussi étrange que son titre, Extension du domaine de la lutte (Maurice Nadeau, 1994). « Nous avons besoin de métaphores inédites ; quelque chose de religieux intégrant l'existence des parkings souterrains. (...) L'individualité est essentiellement un échec. La sensation du moi, une machine à fabriquer le sentiment d'échec. » Malgré quelques écarts de langage, les poèmes de l'auteur tiennent le pari de ne rien céder à la banalité, de tout offrir en gage à l'étrangeté, élevée au rang de principe philosophique (Flammarion, 118 p., 75 F).

Le Monde, 17 mai 1996, à propos du Sens du Combat.

Posté par desavy à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



Fin »