17 septembre 2011

Une manière très personnelle, pince-sans-rire et détachée de raconter une histoire

Menace sur Britney Spears De Jean Rolin, on se souvient des errances dans les endroits les plus improbables. En 1995, n'a-t-il pas traîné sa mélancolie du côté de Garges-lès-Gonesse et de Sarcelles? Il dormait dans des hôtels miteux, fréquentait des bistrots louches, ne craignait pas de se perdre dans l'immense trou qui allait devenir le Stade de France. Tout naturellement, il avait titré son livre: Zones. Aujourd'hui, le reporter nonchalant semble avoir opéré un spectaculaire revirement. Celui qui fuyait délibérément la mer, le... [Lire la suite]
Posté par desavy à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 septembre 2011

Les oublis et le flegme de Michel Houellebecq

Contrairement aux rumeurs circulant sur le web à la suite de son absence en Hollande et en Belgique, l'écrivain Michel Houellebecq n'a pas disparu. Joint par son éditeur français qui lui a raconté l'incroyable rumeur de sa «disparition», Michel Houellebecq est tombé des nues. Actuellement sans portable, ni Internet, l'écrivain est en Espagne où il réside en partie. Il était la semaine dernière à Paris. Houellebecq a admis avoir complètement oublié qu'il avait donné son accord il y a quelques mois pour une tournée en Hollande et en... [Lire la suite]
Posté par desavy à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 septembre 2011

Vous comprendrez pourquoi rien n'a jamais été pardonné à cet homme

De la Révolution, "vérité secrète d'une rupture à comprendre, à ouvrir, à traverser", écrit Crépu, et dont Chateaubriand a dit lui-même qu'elle "s'est divisée en trois parties qui n'ont rien de commun entre elles : la République, l'Empire et la Restauration", est sorti un "nouveau Montesquieu", le "premier théoricien du processus totalitaire" enseigné par la Terreur jacobine - ainsi qu'un implacable analyste de l'ancienne métaphysique de la grandeur progressivement dégradée dans le monde des "débris" politiques remplaçables... [Lire la suite]
Posté par desavy à 13:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 septembre 2011

Une voix désarticulée, ardente, rageuse...

Patti Smith, un rêve passe L'une a seize ans, l'autre trente. La cadette vit dans le sud de la France auprès d'une mère qui ne la comprend pas. Elle est timide, renfermée. C'est la voix de l'aînée, américaine, qui va lui ouvrir les portes d'un autre monde. Cette après-midi de printemps de 1976, sur la Côte Bleue, au bord de la Méditerranée, la gamine écoute chez une copine Horses, le premier et mythique album enregistré par la chanteuse punk-rock Patti Smith un an plus tôt. C'est un choc. «Cette voix est désarticulée, ardente,... [Lire la suite]
Posté par desavy à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 septembre 2011

La seule vraie question du moment

Où est passé Michel Houellebecq ? C’est la question que se pose avec insistance, depuis quelques heures la presse belge, allant jusqu’à employer le mot de «disparition». Le romancier, attendu cette semaine aux Pays-Bas pour la parution en néerlandais de son dernier livre La carte et le territoire, ne s'est pas montré. A-t-il tout simplement oublié cet engagement d’ordre promotionnel ? C’est l’hypothèse retenue pour le moment par l’entourage professionnel de l’écrivain. Michel Houellebecq, qui était de passage à Paris ces derniers... [Lire la suite]
Posté par desavy à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2011

Il s’agit donc d’emprunts, d’intertexte. C’est un exercice littéraire courant

Ce n’est pas un exercice de copié-collé (...). La manière assez simple : j’ai un cahier noir dans lequel je note à la fois des éléments de vie et des éléments de lecture qui constituent des clins d’oeil, des appuis, des exercices d’admiration. Il s’agit donc d’emprunts, d’intertexte. C’est un exercice littéraire courant. Il y a ceux qui me reprochent ma situation, ce que j’ai fait. Et d’autres qui me reprochent ce que je suis : quelqu’un qui porte un polo, je l’ai lu, qui est tatoué, qui est musclé, je l’ai lu aussi. Quelqu’un... [Lire la suite]
Posté par desavy à 19:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2011

Il y a encore de la place en ce monde pour un raz de marée littéraire

  Haruki Murakami : destins croisés Le raz de marée 1Q84 arrive en France jeudi avec les deux premiers tomes d’une trilogie mettant en scène un écrivain en herbe et une tueuse à gages. Il y a encore de la place en ce monde pour un raz de marée littéraire. Depuis sa parution au Japon il y a deux ans, 1Q84, l’ambitieuse trilogie de Haruki Murakami, y est devenue un phénomène éditorial. D’après  Courrier international, les deux premiers volumes, enfin traduits en français, ont conquis plus de 3 millions de lecteurs, à... [Lire la suite]
Posté par desavy à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2011

Blessé avec discrétion, il préfère ne pas s'appesantir

Stéphane Hoffmann est une sorte de Chardonne farceur qui siffloterait du Charles Trenet en regardant le ciel et les êtres depuis la fenêtre d'en haut. Blessé avec discrétion, il préfère ne pas s'appesantir. Ses aveux chuchotés n'en sont que plus émouvants. Montez sur ses autos tamponneuses. Christian Authier, Le Figaro, 25 août 2011.
Posté par desavy à 19:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 août 2011

Je sais qu'elles le sont si j'entends le ton juste

Je mets tout ce que je suis, ma vie entière, dans le roman que j'écris, puis il me faut du temps pour recharger mes batteries. J'avais donc besoin d'attendre un peu après Les Corrections, besoin de devenir une personne différente pour avoir quelque chose de neuf à dire. J'ai beaucoup écrit en neuf ans mais rien ne me plaisait : c'est comme si ces pages n'étaient pas vivantes. Je sais qu'elles le sont si j'entends le ton juste. Ce n'est qu'en 2008 que ça a commencé. Je venais de passer six mois à écrire sur la Chine pour le New Yorker... [Lire la suite]
Posté par desavy à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 août 2011

Haruki Murakami par Amélie Nothomb

84, année uchronique HARUKI MURAKAMI est un écrivain souvent boudé par l'intelligentsia française. J'ai longtemps cru que ce dédain s'expliquait par son succès planétaire. Ensuite, j'ai entendu des critiques de chez nous déclarerque son oeuvre n'était "pas assez japonaise". Les bras m'en sont tombés. Ainsi, il existe des Français capables de discerner ce qui est assez japonais de ce qui ne l'est pas. Imaginons qu'un intellectuel japonais refuse un auteur français pour ce motif qu'il ne serait pas assez français. Une si scandaleuse... [Lire la suite]
Posté par desavy à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,